Aujourd’hui on aimerait vous parler d’un sujet qui a beaucoup d’importance pour nous ! Pour la majorité, vous êtes des lectrices à lire nos articles. Nous savons que prendre soin de votre corps est important et c’est la raison pour laquelle nous partageons des articles mettant en avant des produits alimentaires que vous pouvez consommer quotidiennement afin que vous soyez informées des bienfaits et des méfaits de ceux-ci. Prendre soin de vous ne se résume pas à ce qu’il y a dans votre assiette mais aussi à votre activité physique ou à vos produits de beauté, et c’est justement à propos de vos produits cosmétiques que nous allons vous écrire !

Connaissez-vous le cruelty-free ?

« Le cruelty free » signifie sans cruauté. Par principe, si vos produits possèdent ce label c’est qu’ils ne sont pas testés sur les animaux (ni produits finis, ni ingrédients).
En 2013 nous avons crié « hourra » suite à une loi décrétant que «l'Union Européenne interdit tous les tests sur animaux pour l'industrie cosmétique». Sous ces lignes d’espoir il y a bien entendu un message caché. Bien que l’Union Européenne interdise la mise sur le marché de tout nouveau produit cosmétique testé sur animaux (y compris pour les produits importés) cela ne comprend pas les autres produits présents dans le secteur pharmaceutique, chimique ou agroalimentaire. En effet, pour des ingrédients appelés « multi-usages » (conservateurs, parfums, solvants, polymères, filtres solaires, etc.) des tests sur animaux peuvent toujours être effectués.

Attention car « cruelty-free » ne signifie pas automatiquement que le produit est vegan ! Cela signifie que le produit n’a pas été testé en laboratoire sur animaux mais il n’est pas exclu qu’il contienne des protéines animales. En effet, un produit de beauté peut contenir des ingrédients d’origine animale comme la cire d’abeille, le rouge de cochenille (petites chenilles) ou le sodium tallowate (graisse de ruminant). Faites donc bien attention aux ingrédients ! A l’inverse, un produit vegan, bien que cela semble impossible, peut très bien avoir été testé sur animaux. Pour savoir quel label promet un produit vegan ou un produit « cruelty-free », renseignez-vous grâce à ce tableau juste ici !


crueltyfree


La chine, ce pays à la situation très préoccupante

Le marché des produits cosmétiques en Chine représente à lui seul 26 milliards de dollars ce qui le place en 3ème position du plus gros marché au monde (source : Euromonitor). Le problème c’est que les tests sur les animaux sont non seulement autorisés mais sont obligatoires. « Le gouvernement chinois exige que des tests sur les animaux soient réalisés pour les produits importés, ce qui va à l’encontre de la démarche de certaines entreprises », souligne Chris Flower. Certaines entreprises européennes exportent en Chine leurs produits et deviennent donc d’une certaine manière complice de ce procédé.
En 2014, la Chine réalisa un premier pas en faveur de la cruauté animale puisque les tests sur les animaux ne sont plus obligatoires sur TOUS les produits cosmétiques. Même si ce changement ne touche que les entreprises qui fabriquent les produits au sein du pays, c’est une première avancée. De plus, en 2016, la Chine s’est lancée dans la recherche de méthodes alternatives aux tests sur animaux en lien avec des scientifiques britanniques.

lapins


Pourquoi ces tests et quels animaux concernés ?

En France, les expérimentations animales sont principalement utilisées dans les trois domaines suivants : recherche fondamentale (27 %), recherche médicale humaine ou vétérinaire (19 %), mise au point et contrôle des médicaments et des produits de santé humains ou vétérinaires (52 %). Pour les 2% qu’il reste, les animaux sont utilisés pour l'enseignement professionnel, la protection de l'environnement ou la conservation des espèces (source : Ministère de l’Education Nationale, de L’enseignement Supérieur et de la Recherche).

Le plus souvent, il s’agit de rongeurs tels que rats, souris, cochons d’inde et lapins. Ce sont également des chats, des chiens et des singes qui sont utilisés afin de tester les produits qui nous sont commercialisés. Ces animaux proviennent à 97% d’élevage situés en Europe.
La répartition des animaux utilisés est représentée telle qu’elle : souris (60,9 %), rats (13,9 %), autres rongeurs (1,96 %) et lapins (3,12 %). Les reptiles, poissons et autres amphibiens représentent une part de 12,5%. Puis viennent les oiseaux avec 5,9 %. Les chevaux, les ânes, les porcins, les caprins, les ovins et les bovins représentent quant à eux 1,2 %. Les chiens et les chats représentent 0,25 % et les humains constituent 0,05 % du total.

Gardons en tête que les animaux utilisés pour l'expérimentation sont des êtres sensibles, capables de ressentir la douleur, faisons attention aux produits que nous achetons et consommons.